Supervision de coach

Qu’est ce que la supervision ?

Continuité indispensable à toute installation professionnelle, la supervision est un « contrôle » extérieur de la qualité (technique, méthodologique, éthique, déontologique) de la pratique du consultant. Il est le coach du coach !

Elle est l’étape logique qui suit chronologiquement le cursus :

  1. Formation & acquisition/renforcement de compétences ;
  2. Stabilisation des acquis par une pratique régulière non cadrée ;
  3. Installation & professionnalisation de la pratique ;
  4. Supervision pour stabiliser la professionnalisation.

C’est une forme indispensable de garde-fou permettant à chaque coach de :

  • Progresser par la remise en question de son fonctionnement ;
  • S’assurer de la nature déontologique de son travail et de son positionnement par rapport à son client et à ses confrères ;
  • Maintenir le consultant dans une démarche guidée d’apprentissage permanent et de mise à jour de ses connaissances comme de ses  compétences ;
  • De bénéficier de l’expérience de son superviseur et d’une « vision » externe dépassionnée d’un cas, d’un problème, ou d’une question. Le superviseur n’impose jamais ses vues ou avis, il donne au coach des éléments de réflexion/introspection/extrospection et lui éclaire l’éventail des « possibles ».
  • Profiter d’une écoute attentive, bienveillante et sans jugement sur sa pratique en évolution ;
  • D’être accompagné dans la professionnalisation de sa pratique et les nouveaux défis qu’elle apporte ;

Modes de supervision

Les supervisions peuvent durer de 1 heure à plusieurs jours et se déroulent soit :

  • En groupe dans l’une de nos salles de formation à Paris, à Montpellier ou en Suisse, mais aussi dans des lieux extérieurs, soit en particulier.
  • En particulier dans nos bureaux ou à distance par visioconférence (Skype, Hangout..)

A qui s’adresse la supervision ?

Tout coach mental a ou aura potentiellement besoin de supervisions régulières et ponctuelles (quand le coach fait face à des questions personnelles/professionnelles).

On considère en général que :

  • Un mental coach pratiquant et installé depuis moins de 5/6 ans nécessite absolument un accompagnement sous forme de supervisions régulières.
  • Un mental coach pratiquant et installé depuis plus de 5/6 et moins de 10/12 ans devrait se faire  accompagner sous forme de supervisions assez régulièrement.
  • Tout coach mental faisant face à des questions de méthodologie, d’éthique, de déontologie, de motivation… doit avoir recours à son superviseur pour clarifier et gérer au mieux ensemble la situation.

Comment choisir son superviseur

Les règles s’appliquant au choix de son coach idéal, s’appliquent ici au choix de son superviseur. Le superviseur n’est pas obligatoirement le formateur et vice versa.

Les trois critères primordiaux dans le choix de son superviseur sont :

  • Sa compétence autant que sa maîtrise (théorique, technique et pratique). Cette compétence doit être actualisée régulièrement, porter sur le domaine lui-même autant que sur les domaines périphériques, être holistique et en constante évolution. Il n’a pas besoin d’être un pédagogue puisque la supervision consiste à guider le coach vers une compréhension de sa posture pour une amélioration de sa pratique.
  • Son expérience. Il est considéré en général qu’un minimum 20 ans de pratique professionnelle dans  le domaine sont nécessaires avant de pouvoir superviser efficacement un coach mental.
  • Le rapport et le lien de confiance mutuel établi avec son superviseur sont enfin les éléments indispensables à prendre en compte.

Si la supervision n’est pas obligatoire elle demeure le gage d’un consultant exigeant et de qualité. Souvent exigée par les clients institutionnels ou les groupes importants, et rassure aussi les clients lorsque mentionnée publiquement sur un CV ou en cabinet – identité du superviseur, régularité des supervisions -.

 Toutes nos supervisions sont réalisées personnellement par Pascal de Clermont 

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •